Pourquoi questionner le numérique ?

Autour d’une conscience partagée…

L’ouvrage fondateur du CIGREF paru en 1970, « le Pari Informatique » de Pierre Lhermitte, avait pour vocation d’interpeller sur l’émergence de l’informatique. Visionnaire, il annonçait les changements majeurs et irréversibles qui allaient impacter la société et l’entreprise : « Le système informatique apparaît inséparable de l’entreprise dans laquelle il s’implante, modifiant le milieu qui le fait naître  se modifiant lui-même en fonction de ce milieu au point d’en devenir l’une des caractéristiques ».

40 ans plus loin, le numérique bouleverse à son tour, plus vite, plus fort, la société et l’entreprise. Statutairement engagé à anticiper des évolutions susceptibles d’impacter la performance de l’entreprise et d’engager sa responsabilité sociétale, le CIGREF souhaite interpeller ici le « milieu qui fait naître le numérique, se modifiant lui-même à son tour… » ! 

Au-delà de l’entreprise, nous sommes tous des acteurs concernés par ce que certains appellent « la révolution numérique ». Si celle-ci, à ce point engagée, ne saurait être réversible, pas plus que ne l’ont été les révolutions industrielles et technologiques précédentes, des questions se posent pourtant. Tout est-il parfait ? Quel monde souhaitons-nous voir émerger de cette révolution ? Les observateurs du monde numérique qui se tisse (comme les chercheurs de la Fondation CIGREF par exemple) le décrivent comme « humain » avant tout, dessiné par des usages plus que par des technologies.

Si le CIGREF entreprend ici de « questionner le numérique », c’est pour réfléchir, voire influencer, une possible « marge de manœuvre » offerte par cette dimension humaine. Il ne s’agit pas pour le CIGREF d’exprimer une « position officielle », ni même de prendre parti pour telle ou telle position émise, d’où qu’elle vienne1. La position du CIGREF est de prendre acte que le numérique impacte puissamment le milieu qui le fait naître  et de contribuer à créer, à travers l’ouverture de cette agora, les conditions pour que, se modifiant à son tour, il le fasse « autour d’une conscience partagée » !

__________________
Les contributions et commentaires parus sur ce site n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs. 

Catégories
Un commentaire
  1. thareau.bernarde

    je suis « vieux »
    c’est bizarre je dois pas etre normal je n’ai jamais compris cet engouement pour les Smartphones
    avoir ce truc collé a l’oreille toute la journée ? (y a-t-il une possibilité de mettre une puce directement dans l’oreille des nouveau nés et ces ecrans ridicules par la taille pour visionner des films ou des videos (on est loin des préconisations quand a l’utilisation d’un écran PC ou il fallait etre a une certaine distance sous peine d’abimer sa vue… je vais peut etre devenir opticien y a de l’avenir et puis cette légére impresion d’etre un petit toutou avec une nouvelle laisse)
    j’ai suivi des cours a l’AFPA et pendant les cours il y avait systématiquement des gens pour ouvrir leur portable soit pour se livrer a des affaires (j’étais entourés de buisnessmen ou pour verifier que ce que venait de dire le formateur était exact ) et puis je suis toujours surpris par les gens qui
    n’ont pas d’argent mais qui peuvent acheter un téléphone a plusieurs centaines d’euros pour téléphoner et regarder de la petite video (par la taille et souvent par l’intelligence)
    maintenant il y a le numerique PRO celui des automates , celui de la medecine etc…
    cela est fantastique ca me rappele une intervention effectue dans une usine VALEO au fur a mesure de mes interventions le prédsence humaine semblait de moins en moins importante !
    eh oui les robots étaient arrivés , quand a l’utilisation dans le médicale c’est fantastique bien sur encore faut-il les moyens d’investissemnt nécessaire vu le cout les scanners , crm , ne sont pas aussi répandus que l’on croit cela coute tres cher
    a titre personnel électroniquement parlant le numérique ( la je parle de technologie c’est tres intéressant bien qu’il faille avoir de tres bonne connaissance dont je ne dispose pas totalement )
    je ne suis pas sur que le premier « cerveau » rencontré dans les transport en commun et dont le portable possede la « XG » puisse m’expliquer le fonctionnement d’un DAC ou d’un ADC
    doncle numerique oui mais a quelle prix (pour l’humain)?

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire