• Etre salarié numérique, ce sera comment ?

    salaries-numeriquesNous sommes une petite équipe de moins de 20 salariés au sein d’une petite entreprise qui a beaucoup investi dans une attitude numérique depuis quelques années déjà. Le boss a son twitter, son Facebook… Tous, ou presque, nous sommes impliqués dans cette démarche. Nous avons libre accès à l’internet et la possibilité d’utiliser nos propres « joujoux numériques », smartphones et tablettes, pour ceux qui le souhaitent. Lorsque les circonstances le permettent, nous bénéficions également d’une certaine flexibilité offerte par la mobilité numérique : télétravailler en attendant le plombier ou lorsqu’un enfant a de la fièvre… La belle vie !

    Quelles sont nos limites ?

    Pourtant, depuis quelques temps, certains parmi nous se demandent si ceci n’est pas le début d’un engrenage vers des obligations plus « discrètes », vers des contraintes nouvelles.

  • Vision numérique du futur, rêve ou cauchemar ?

    Peut-on imaginer le futur numérique?

    Peut-être qu’avant d’entrer de plain-pied dans un « nouveau monde », il est naturel de tenter de s’en faire une projection ! L’inconnu a toujours quelque chose d’effrayant que l’on essaye de se représenter, pour se préparer, pour se rassurer… ou pas !

    futur-numerique

    Selon le philosophe Maurice Blondel, « L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare ». Le sens d’une démarche prospective est généralement de « se préparer aujourd’hui à demain » en intégrant la notion d’incertitude possible. Quelle place donner à l’incertitude quand on évoque aujourd’hui le futur numérique ? 

  • Culture numérique, quelle nouvelle place pour l’homme ?

    culture-numerique-cyborg« Il n’est de richesse que d’homme »
    Jean Bodin

    Ne doit-on pas garder le meilleur pour la fin ? Sur cette idée, le dernier chapitre du livre « Entreprises & Culture Numérique » du CIGREF illustre l’aphorisme de Jean Bodin en titrant « Les femmes et les hommes de l’entreprise, acteurs de la réussite » !

    Il note que la Culture Numérique en entreprise place les « facteurs humains au cœur de la performance IT ». Il invite à un « management par le sens et les valeurs » et propose de réfléchir autour des notions de « cohésion et conscience collective »… 

  • Comment la culture numérique transforme-t-elle le management ?

    management-numerique« Pour développer la « culture numérique »,
    les attitudes et pratiques des collaborateurs
    sont aussi déterminées par celles de leurs managers »

    A travers l’ouvrage qu’il vient de publier «Entreprises & Culture Numérique», le CIGREF invite les entreprises à relever un nouveau défi, celui de la culture numérique en marche. Il incite les dirigeants à dessiner eux-mêmes, au sein de leurs entreprises, les fondamentaux de cette culture nouvelle, en développant « une représentation partagée des transformations culturelles liées au numérique…».

    Questions sur la transformation de l’organisation du travail et du management

    De telles transformations ne vont pas sans poser de questions, notamment en ce qui concerne le management et l’organisation du travail, questions proposées à l’issue du chapitre VI de cet ouvrage : 

  • Comment la culture numérique peut-elle servir l’innovation ?

    ebook-entreprise-culture-numerique-cigrefChacun des chapitres du livre « Entreprises & Culture Numérique » interpelle le numérique sur la thématique qu’il aborde. Le chapitre V de cet ouvrage titre : « Agilité et créativité, facteurs d’innovation et de performance », et donne une « prime à la culture numérique comme catalyseur de l’innovation ». Cependant, avant d’appeler les dirigeants à l’action pour « mettre en place un dispositif d’identification de projets innovants propice à l’expérimentation, selon des méthodes de type test-and-learn », il questionne ainsi le numérique :

    culture-numerique-innovationInnover ou disparaître à plus ou moins long terme : il n’existe pas d’autre issue pour les entreprises. Ainsi, la course à l’innovation constitue-t-elle une compétition permanente censée assurer la survie de l’entreprise dans un monde globalisé. Mais le goût de l’innovation découle de dispositions entrepreneuriales. Numérique ou pas, l’innovation procède d’une disposition d’esprit et d’un management fondé davantage sur les valeurs que sur les règles. 

  • La culture numérique peut-elle s’appuyer sur la confiance ?

    confiance-numeriqueLe chapitre IV « La confiance, valeur centrale de la culture numérique », de l’ouvrage du CIGREF « Entreprises & Culture Numérique » part du postulat que « confiance et vigilance sont deux des composantes essentielles de la sûreté numérique ».

    Etymologiquement « fidélité » et « confiance » proviennent du même mot latin « fides », du nom de la déesse romaine de la bonne foi et de l’honneur. Ainsi, la confiance ne se décrète pas. Elle se construit au fil des interactions, repose sur le respect des engagements et la promesse tenue. 

  • Le numérique fait-il entrer le bonheur en entreprise ?

    bonheur-travail-numeriqueUne des questions que vous posez à l’issue du chapitre III de votre ouvrage « Entreprises & Culture Numérique » est : « Progrès et Bonheur peuvent-ils cohabiter au sein de l’entreprise ? ». Je crois que le seul fait de se poser cette question est déjà une façon de faire entrer la « culture numérique » dans l’entreprise !

    La sémantique du « travail » n’exprime pas le bonheur…

    En effet, à l’origine, l’entreprise n’est pas le premier endroit où l’homme quête naturellement le « bonheur »… il y va travailler. Or, dans les sociétés anciennes, le travail était considéré comme une corvée, parfois même comme un « pécher » !