• Savons-nous que nous sommes les produits marketing de Google ?

    gg-capitalGoogle veut capter toute l’information du monde… les miennes aussi !

    Si Google, ce « meilleur ami » toujours disponible, que nous sollicitons chaque jour de nombreuses fois pour répondre à la moindre de nos interrogations, garde une part de mystère, lui, il semble vraiment tout savoir de nous ! C’est du moins l’impression qui se dégage chaque jour davantage quand on croise les informations le concernant1 !

    Une part de mystère… c’est peu dire ! Pourtant qui l’aurait imaginé en septembre 98, quand les jeunes Sergei Brin et Larry Page s’installaient dans le garage d’une petite maison de Santa Margarita ? Quelques signaux faibles auraient peut-être dû attirer l’attention d’observateurs avisés, comme le nom pour le moins ambitieux qu’ils donnent au moteur de recherche qu’ils conçoivent : « Googol », nombre qui s’écrit avec le chiffre 1 suivi de 100 zéros  (10100), nom choisi pour signifier symboliquement leur volonté d’organiser l’immensité du volume d’information du monde !

  • L’agriculture s’affiche-t-elle numérique pour faire Salon ?

    Le Salon de l’Agriculture s’affiche numérique : d’un mythe à l’autre, reflète-t-il une bascule culturelle ?

    agriculture-numeriqueDu mythe paysan…

    Ce n’est pas pour rien que le Salon de l’Agriculture est le salon le plus prisé des Français ! L’agriculture, sans jeux de mots, fait partie de notre culture, de nos racines, du paysage mental de chacun de nous… Nous, adultes d’aujourd’hui, nous en avons une image traditionnelle, avec des agriculteurs aux volants de tracteurs, appliqués à tracer des lignes de cultures impeccables !

    Certains d’entre nous ont même en mémoire des parents ou grands-parents paysans, armés de bèches, courbés pour ramasser pommes de terre ou haricots, et/ou entourés d’une nuée de gallinacés caquetants, sans oublier « veaux, vaches, cochons… » ! Pour beaucoup donc, le Salon de l’Agriculture est une piqure de rappel mémorielle et nostalgique. C’est souvent aussi l’occasion de faire découvrir aux plus jeunes, pour qui les œufs n’ont d’autre réalité qu’une boite alvéolée en carton, que l’œuf et la poule s’inscrivent sur la même trajectoire (même si l’on ne sait toujours pas qui est l’origine de l’autre !).

    …Au mythe numérique !

    Plus que jamais cette année, le Salon de l’Agriculture s’expose numérique, sur le thème de « l’agriculture en mouvement ». Au cœur d’une logistique à la mesure d’une population accueillie d’un millier d’humains exposants et de quelques 4000 animaux, ce ne sont plus seulement la paille, l’eau et le fumier qui sont à gérer, mais les réseaux et autres installations technologiques qui fleurissent de stand en stand !

  • Pourquoi questionner le numérique ?

    Autour d’une conscience partagée…

    L’ouvrage fondateur du CIGREF paru en 1970, « le Pari Informatique » de Pierre Lhermitte, avait pour vocation d’interpeller sur l’émergence de l’informatique. Visionnaire, il annonçait les changements majeurs et irréversibles qui allaient impacter la société et l’entreprise : « Le système informatique apparaît inséparable de l’entreprise dans laquelle il s’implante, modifiant le milieu qui le fait naître  se modifiant lui-même en fonction de ce milieu au point d’en devenir l’une des caractéristiques ».

    40 ans plus loin, le numérique bouleverse à son tour, plus vite, plus fort, la société et l’entreprise. Statutairement engagé à anticiper des évolutions susceptibles d’impacter la performance de l’entreprise et d’engager sa responsabilité sociétale, le CIGREF souhaite interpeller ici le « milieu qui fait naître le numérique, se modifiant lui-même à son tour… » ! 

  • L’intelligence artificielle menace-t-elle l’humanité ?

    dangers-IASi le rêve d’immortalité de l’homme devient réalité… peut-il tuer l’humanité ?

    Un des plus vieux rêves de l’homme n’est-il pas « la mort de la mort », rêve repris par Google et sur lequel il investit au point que, selon le Docteur Laurent Alexandre, « l’objectif des dirigeants de Google est de transformer leur moteur de recherche en intelligence artificielle… » ! Il explique aussi que même si l’on ne s’en est guère aperçu, le géant du web serait plus près du but qu’on ne l’imagine. Il n’est qu’à voir le nombre de start-ups rachetées par Google, dans le domaine de la santé et dans celui de la robotique, des objets intelligents… Mais doit-on s’en réjouir ?

    Des voix s’élèvent… scientifiques et entrepreneurs du numérique s’inquiètent pour l’avenir de l’humanité

    Une de ces voix est celle de Stephen Hawking, chercheur distingué du Perimeter Institute for Theoretical Physics, auteur réputé dans le domaine de la cosmologie et de la gravité quantique. Pourtant, paralysé depuis des années, il est lui-même utilisateur d’une sorte d’intelligence artificielle, puisque tout échange passe pour lui par une machine. Or, selon lui « l’intelligence artificielle, dotée d’une conscience propre et capable de se réinventer elle-même de plus en plus vite, elle surpasserait rapidement l’humanité pour la remplacer… ». 

  • Les réseaux sociaux sont-ils adaptés aux entreprises ?

    Dans le monde numérique, l’entreprise peut-elle rester à l’écart des réseaux sociaux ?

    Certains ont pensé, quand ils sont apparus sur le web, que les réseaux sociaux seraient une mode, pour ne pas dire une bulle… Mais Facebook a 10 ans…  Et aujourd’hui, plus de 2 milliards d’internautes sont actifs sur les réseaux sociaux. En France, 83% de la population surfe sur le web et 68% des Français sont inscrits sur un réseau social. Le temps moyen que nous leur consacrons est d’1h30 par jour en moyenne…

    Dans ce contexte où le numérique s’instaure en tant que Culture, peut-on laisser nos usages aux portes de notre univers professionnel ? Mais surtout l’entreprise peut-elle « importer » ces usages venus de la sphère privée et au-delà, en tirer une vraie valeur ajoutée ?

    La question a été abordée sur BFM Business, avec le CIGREF pour le bon usage du RSE !

    Les intervenants invités par Frédéric Simottel à répondre sur l’intérêt de l’usage des réseaux sociaux au sein de l’entreprise : 

  • 2015… une année pour Questionner le Numérique !

    « Questionner le Numérique » vous présente ses meilleurs vœux pour cette année 2015 qui s’annonce… une année déjà en attente de vos questions numériques !

    voeux-questionner-numerique-2014

    Comment en serait-il autrement ? Qui ne s’interroge pas sur ce monde en pleine mutation ? Comment exercer notre marge de manœuvre (quelle est-elle ?) sur l’édification de ce monde numérique ? Quelle place pour l’humain ? Quelle éthique…

    Merci à tous ceux qui ont déjà exposé leurs questions et apporté leurs contributions pour nourrir ce questionnement.

    Le TOP 10 des grandes questions posées au numérique en 2014…

    En attendant vos contributions de 2015, quelles sont celles qui ont davantage retenu votre attention en 2014 ? 

  • Les lunettes connectées augmenteront-elles notre regard ?

    lunettes-connectees-regard-augmenteGoogle Glass, l’effet papillon du discours en questions…

    Les lunettes connectées ne sont pas encore vulgarisées au niveau du grand public. Il y eu plusieurs articles intéressants dans la presse ces dernières années1. Mais ce type de projet ne se trouve pas encore, à ma connaissance, au centre des programmes de la DSI et des Métiers. Ceci dit, nous connaissons les conséquences de l’effet papillon dans la théorie du chaos. Par conséquent, souhaitant anticiper ces évolutions, les premiers faits constatés militent en faveur d’un questionnement sur ce sujet.