Culture numérique, quelle nouvelle place pour l’homme ?

culture-numerique-cyborg« Il n’est de richesse que d’homme »
Jean Bodin

Ne doit-on pas garder le meilleur pour la fin ? Sur cette idée, le dernier chapitre du livre « Entreprises & Culture Numérique » du CIGREF illustre l’aphorisme de Jean Bodin en titrant « Les femmes et les hommes de l’entreprise, acteurs de la réussite » !

Il note que la Culture Numérique en entreprise place les « facteurs humains au cœur de la performance IT ». Il invite à un « management par le sens et les valeurs » et propose de réfléchir autour des notions de « cohésion et conscience collective »… 

Une vision numérique partagée par tous les métiers de l’entreprise

L’ouvrage appelle les dirigeants à l’action pour « réunir les hommes et les femmes de l’entreprise et au-delà les partenaires et les clients, autour d’une vision nouvelle liée au numérique ». Cette nouvelle culture numérique « porte des valeurs centrales comme la confiance, l’échange spontané, la coopération, l’esprit d’équipe, la curiosité et la transparence ». Ces valeurs et la vision de l’entreprise se déclinent au sein de tous les métiers de l’entreprise, avec des plans d’action pour chacun d’eux.

En point d’attention, il faut retenir que « le numérique induit aussi la rapidité, l’accélération des flux d’information et… le risque de stress. Il y a donc nécessité à donner du sens à la démarche, à dégager une vision de l’entreprise et de son positionnement, lui permettant, grâce à son agilité et aux bonnes pratiques numériques, de s’ouvrir à d’autres modèles d’affaires, voire à d’autres marchés, afin d’être plus compétitive dans l’économie globalisée ».

Quelles questions humaines la culture numérique doit-elle soulever ?

Qui dit nouvelle culture suppose des changements profonds impliquant directement les femmes et les hommes dans leur vie quotidienne. Il importe donc de tenter d’en appréhender avantages et inconvénients.

La recherche de la performance emprunte parfois les chemins de l’offshore et de l’externalisation. Elle laisse penser à des traitements et rôles différents suivants les acteurs du numérique. L’entreprise est-elle claire face à ces choix ?

L’est-elle face à la substitution de l’homme par la machine, à « l’obsolescence de l’homme » pour reprendre les termes de Günther Anders ? Le numérique nous libère-t-il ou nous enchaîne-t-il chaque jour davantage sans possibilité d’un quelconque retour ?

Cette culture numérique que nous prônons aujourd’hui ne sera-t-elle pas demain celle des robots que nous aurons créés ? Laisseront-ils un espace vital aux cyborgs que nous serons peut-être devenus ?

Les questions des 6 premiers chapitres…

ebook-entreprise-culture-numerique-cigrefRetour sur les questions que posent les 6 premiers chapitres de l’ebook « Entreprises & Culture Numérique » :

 Comment la culture numérique transforme-t-elle le management ?
 Comment la culture numérique peut-elle servir l’innovation ?
 La culture numérique peut-elle s’appuyer sur la confiance ?
 La culture numérique peut-elle servir l’entreprise citoyenne ?
 Culture numérique, comment valoriser le partage de connaissances ?
 Culture numérique, quelle promesse de création de valeur pour l’entreprise ?

N’hésitez pas à apporter vos suggestions et réflexions en commentaires !

ligne-grise

Catégories
2 Comments
  1. Patrice

    Il n’est de richesse que d’homme !
    Espérons qu’effectivement la culture numérique permette de s’en souvenir !
    Il semble pour l’instant un peu utopique, dans certaines entreprises, de réunir les hommes autour d’une « vision partagée ». Si le numérique le permet ce sera un vrai progrès !
    Et plus agréable qu’une perspective de cyborgs…
    Gardons espoir !

  2. Thomas

    Comment savoir si le numérique nous enchaine ou nous libère ?
    Les deux certainement. Mais ou se placera le curseur au fil du temps ?
    Qui saura réguler pour éviter les excès ? Est-ce que l’ouverture du dialogue sera un garde-fou suffisant aux risques de dérives ?
    Ou faudrait-il des à présent prévoir des commissions de médiation ?
    Cela fait encore des questions ! 🙂
    Sans faire preuve d’optimisme délirant, j’imagine qu’on trouvera certainement des solutions comme pour l’arrivée des autres technos qui ont changé le monde. Certes, pas absolues, mais acceptables…

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire