Culture et influence numérique, peut-on vivre sans ?

influence-culture-numeriqueDe la culture numérique à l’influence numérique, une évolution incontournable ?

La culture numérique, une irradiation induite…

Comme l’air que l’on respire, il semble que la culture numérique se soit ’installée sans que l’on y prenne garde ! Passée l’heure de la découverte et de l’étonnement, les « accessoires numériques » et autres « objets connectés » s’imposent dans nos vies, du bureau à l’usine, de la rue à la maison, de la cave au grenier… La question n’est plus de savoir si l’on doit/peut s’en passer. Concrètement, nos choix d’usages des technologies s’arbitrent de plus en plus sur des critères économiques et environnementaux.

Mais ces usages exigent d’appréhender des codes induits, les nouvelles règles de ce jeu numérique, dont rien moins que nos données personnelles et notre réputation numérique en sont les nouveaux enjeux.

Les entreprises doivent également apprendre à « respirer » cette culture digitale, manager leur transition numérique, adapter leurs modèles d’affaires et leurs relations avec ces nouveaux clients et collaborateurs que nous sommes, revêtus de nos « wearables » de numericus plus ou moins avertis…

Tous, que ce soit dans notre rôle de particulier, de client, de collaborateur, de dirigeant, d’usager… tous nous sommes tenus de nous approprier cette culture numérique comme nous sommes tenus de nous adapter au réchauffement climatique ! Il nous faut sans tarder acquérir une véritable fluidité entre vie numérique et vie réelle. N’est-il pas concrètement chaque jour plus nécessaire de savoir naviguer entre la vie physique et le monde numérique ?

Exemple, avec nos smartphones nous apprenons le m-commerce… Comment interagir entre cette nouvelle forme de sollicitations à portée de clics et les magasins physiques, sans tomber par exemple dans des pièges de surconsommations ? De son côté, le e-commerçant doit apprivoiser la méfiance parfois, ou les exigences de cette clientèle hyper sollicitée. Quant au commerçant traditionnel, il n’a d’autre choix pour survivre que de mettre en synergie proximité et stratégie numérique. Il doit apprendre à exploiter les solutions de géolocalisation, de réservation en ligne avec retrait en magasin…

L’influence numérique, corolaire de la culture numérique

Pour les marques, le marketing d’influence est depuis longtemps reconnu comme une stratégie gagnante. Avec la nouvelle place prise par la relation client, ce dernier, chacun de nous, possède de nouvelles clés numériques dans sa vie de tous les jours. Pas seulement en tant que client ou pour « acheter malin » !

La démarche d’influence est désormais à la portée de « presque » tous… et certains y prennent goût ! Cela commence par un blog perso, un compte Twitter, une présence sur des réseaux sociaux, la mise en ligne de quelques vidéos… Par curiosité on regarde les premières marques d’intérêt qui s’expriment en « j’aime », en partages, en followers, en nombre de vues. Cela peut devenir très vite stimulant, voire grisant ! Rien de bien nouveau, c’est dans la nature humaine, dès l’école on compare avec ses camarades le nombre de billes gagnées ou d’images données par la maitresse. Question d’image, être le meilleur, le plus fort.

Avec le numérique, ce rapport sociétal évolue, il surfe avec les audiences, le besoin de voir grimper les curseurs. Mais impossible de cultiver cette influence, d’atteindre ce nirvana numérique, sans être entré de plain-pied dans la culture numérique ! Et cela ne va pas sans faire les « mises à jours » régulières qu’impose à notre propre logiciel intellectuel le rythme des cycles ultra courts de cette culture !

Quelle place allons-nous devoir donner à cette course à l’influence numérique ?

Si cette course à l’influence numérique peut s’avérer économiquement vitale pour les entreprises, l’est-elle aussi pour l’être humain ? Ne serions-nous pas tentés de le penser quand semble s’installer de nouvelles formes de travail ?
– Lorsque le recrutement commence par une observance méticuleuse des réseaux sociaux. Dès à présent, l’image des collaborateurs se jauge aussi à leur activité sur Twitter…
– Lorsque les formes d’ubérisation professionnelles se multiplient. Revenus complémentaires ou aspiration à l’indépendance, cette forme de travail séduit déjà et impose de maitriser une image et des pratiques numériques concurrentielles…

François Hector, Etudiant web marketing

Catégories
0 Comments
0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire