Société numérique

  • Homo numericus a-t-il perdu la parole ?

    parole-numeriqueLa culture numérique réduirait-elle la parole en face à face réel ? S’agit-il d’une nouvelle éthique des geeks ou est-ce un vrai phénomène sociétal et une des caractéristiques de la « culture numérique » ?

    Certes, il est possible de faire appel à son smartphone et aussi à la téléphonie gratuite comme Skype, Viber, Tango, Fring, Hangouts, etc. pour communiquer avec la parole, comme le faisait, en son temps, Socrate sur l’agora, directement face au public ; ou également chacun d’entre nous avec les moyens du bord avant les années 2000. 

  • Etre salarié numérique, ce sera comment ?

    salaries-numeriquesNous sommes une petite équipe de moins de 20 salariés au sein d’une petite entreprise qui a beaucoup investi dans une attitude numérique depuis quelques années déjà. Le boss a son twitter, son Facebook… Tous, ou presque, nous sommes impliqués dans cette démarche. Nous avons libre accès à l’internet et la possibilité d’utiliser nos propres « joujoux numériques », smartphones et tablettes, pour ceux qui le souhaitent. Lorsque les circonstances le permettent, nous bénéficions également d’une certaine flexibilité offerte par la mobilité numérique : télétravailler en attendant le plombier ou lorsqu’un enfant a de la fièvre… La belle vie !

    Quelles sont nos limites ?

    Pourtant, depuis quelques temps, certains parmi nous se demandent si ceci n’est pas le début d’un engrenage vers des obligations plus « discrètes », vers des contraintes nouvelles.

  • Vision numérique du futur, rêve ou cauchemar ?

    Peut-on imaginer le futur numérique?

    Peut-être qu’avant d’entrer de plain-pied dans un « nouveau monde », il est naturel de tenter de s’en faire une projection ! L’inconnu a toujours quelque chose d’effrayant que l’on essaye de se représenter, pour se préparer, pour se rassurer… ou pas !

    futur-numerique

    Selon le philosophe Maurice Blondel, « L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare ». Le sens d’une démarche prospective est généralement de « se préparer aujourd’hui à demain » en intégrant la notion d’incertitude possible. Quelle place donner à l’incertitude quand on évoque aujourd’hui le futur numérique ? 

  • Le numérique peut-il révolutionner l’univers immobilier ?

    immobilier-numeriqueS’il est un secteur d’activité traditionnel, c’est bien celui de l’immobilier.

    D’une part, la prestation généralement proposée dans ces métiers est on ne peut plus concrète, avec une dimension physique affirmée et une fixité géographique indubitable.

    D’autre part, et ceci ayant peut-être été engendré par cela, les chasses gardées, le culte du secret et de l’information exclusive cachée bien au chaud, sont inscrits au plus profond des gènes de la culture immobilière depuis des décennies.

  • Le numérique peut-il changer le quotidien des malades?

    e-santeEn France 17,5% de la population est âgée d’au moins 65 ans, un français sur 10 a au moins 75 ans. Selon des études, une personne sur trois devrait avoir plus de 60 ans d’ici 2060 (source INSEE).

    Ce phénomène peut s’expliquer par l’augmentation de l’espérance de vie qui elle-même peut s’expliquer, en partie, par les progrès de la médecine et des nouvelles technologies. Le vieillissement de la population engendre une augmentation de la dépendance, mais aussi du nombre de malades.

    En France, 860 000 personnes sont atteintes d’Alzheimer. Il manque encore de structures d’accueil, de médecins spécialisés ou d’infirmières. Il semble que les avancées technologiques pourront pallier un minimum à ces manques d’ici quelques années, mais jusqu’à quel point? 

  • Le numérique éradiquera-t-il le mensonge ?

    numerique-mensongeA l’origine du mensonge,
    le langage…

    Le numérique s’attaque-t-il au mensonge ? La question peut paraitre étrange. En effet, comment une technologie pourrait-elle intervenir sur la nature humaine ? Parce que le mensonge : « énoncé délibéré d’un fait contraire à la vérité, ou dissimulation de la vérité », est intrinsèquement lié à l’homme depuis que celui-ci a acquis la parole, c’est-à-dire il y a environ 50.000 ans, selon Johanna Nichols, linguiste de l’université de Californie à Berkeley. Et le numérique ne fait-il pas évoluer la parole ?… 

  • Le numérique contribue-t-il au développement humain ?

    acceleration-numeriqueLe numérique accélère tout autour de nous…

    Tout s’accélère (l’accéluction en action) autour de nous sans pour autant savoir où nous allons et pour quelles finalités.
    Est-ce que « l’on va de plus en plus vite pour aller nulle part » comme le disait Jacques Ellül ?
    Est-ce que cette vitesse nous grise et nous amène à confondre information et communication, émetteur et récepteur ?

    C’est le grand paradoxe : l’information croît vertigineusement, tant en vitesse qu’en volume, alors que la qualité de la communication entre les hommes, les rapports humains, ne font que régresser. Il faut donc prendre garde que le numérique ne privilégie pas l’information à la communication, car la communication fait la relation et c’est la relation qui permet aux hommes de se comprendre et de s’aimer. Or, plus le monde est ouvert, plus cette communication semble difficile.

    • Malgré tous les moyens numériques mis en œuvre, la qualité des messages délivrés est-elle meilleure ?
    • La compréhension de l’échange s’est-elle améliorée ?
    • L’homme demeurera-t-il toujours plus grand que ses techniques ?… 
  • Victoire questionne le numérique…

    Faut-il changer les codes de notre société ?

    petite-poucette-questionnerJe m’appelle Victoire, je ne l’ai pas choisi, mais j’assume ! Etudiante en biotechnologies, je fais partie de ce que l’on appelle la « génération Y ». Pas très poétique comme appellation ! Et surtout peu porteuse d’avenir… parce que si la génération Y fait suite à la génération X, nos enfants seront Z, et après ? Je préfère m’imaginer « Petite Poucette » comme nous qualifie Michel Serres !

    J’ai parcouru avec intérêt votre site et j’ai envie de « questionner le numérique » parce que nous avons la chance – enfin personnellement je trouve que c’est une chance – de vivre dans un monde qui s’invente avec nous. Même si ça peut avoir un petit côté flippant quand on y réfléchit ! 

  • Le numérique influence-t-il la pédagogie ?

    Quand deux logiques contraires entrent dans l’amphi…

    Parmi les questions que pose le numérique, beaucoup concernent le secteur de l’éducation et de la formation. Par exemple, peut-on toujours enseigner de la même façon alors que l’on est entré dans le monde numérique ?

    Alain Finkielkraut

    Michel Serres

    Ce fut le thème de l’émission « Répliques » de France Culture « l’école dans le monde qui vient », échange entre Alain Finkielkraut, écrivain, philosophe et essayiste, et Michel Serres, philosophe, épistémologue, membre de l’Académie française. Le premier défendait un certain scepticisme concernant l’évolution numérique en revendiquant l’avatar de « Grand-Papa Ronchon » ; et le second plaidait au contraire pour le nouveau monde de sa « Petite Poucette ».
    Ces deux personnages, évadés du « Discours sur la Vertu » prononcé par Michel Serres  à l’Académie Française1, vivent dans le même monde mais leurs logiques s’opposent. La devise de Petite Poucette est « maintenant, tenant en main le monde » à laquelle rétorque Grand-Papa Ronchon : « Non point en réalité, mais virtuellement » !

    Le numérique impose une rééquilibration dans la relation pédagogique

    Dès lors, Alain Finkielkraut interroge : « Tout change, que nous le voulions ou non et notamment la relation pédagogique. Les hussards noirs de la République sont désormais habillés en Hermès. Faut-il comprendre que le règne de la parole enseignante est terminé et que les nouveaux réseaux ont sonné le glas des vieux maitres ? ». 

  • Que devient l’entreprise dans le monde numérique ?

    enjeux-numeriquesSi tous les aspects de la vie sociale sont en pleine évolution, bousculés par les technologies et usages numériques, l’entreprise est particulièrement concernée, obligée de revoir ses modèles d’affaires et de développer de nouvelles stratégies numériques, pour devenir une « entreprise numérique » !

    Dans le cadre d’une démarche prospective visant à « mieux comprendre comment le monde numérique transforme nos vies et nos entreprises », le CIGREF a lancé en 2009 un vaste programme international de recherche par le biais de sa Fondation CIGREF. Ce programme, destiné à « tracer le design de l’entreprise de 2020 », a déjà livré les résultats d’une première vague de projets, sous forme « d’Essentiels » disponibles gratuitement en français et en anglais.

    A côté et autour de ces démarches, nombre de questions se posent au quotidien, que ce soient aux dirigeants d’entreprises ou aux collaborateurs, tous en même temps acteurs et témoins de ces transformations numériques.