Sécurité numérique

  • Cybercrime : Intelligences Artificielles et Humains face à face ?

    Y a-t-il des Intelligences Artificielles des 2 côtés du cybercrime ?

    Il serait sans doute naïf de penser que si les Humains recourent à l’Intelligence Artificielle pour protéger des cybermenaces (premier danger du 21ème siècle) leurs Etats, leurs entreprises… la réciproque n’existerait pas côté agresseurs ! Même si les cybercriminels n’ignorent pas l’imprévoyance des internautes, ils ne se contentent certainement plus maintenant de vers ou autres mauvaises bactéries informatiques aiguisant l’appétit de nos antivirus préférés !

    Sans jugement de valeur (ce n’est pas mon propos ici) sur les tendances naturelles de l’Homme à l’affrontement, au combat, depuis la nuit des temps on a coutume de penser qu’à armes égales, celui-ci reste loyal… A armes égales ! C’est tout le problème. Avec les Intelligences Artificielles auto-apprenantes, ne peut-on s’interroger sur cette nouvelle donne qui va leur permettre (la seule interrogation est « quand » ?) de se lancer d’elles-mêmes sur de nouvelles cibles ? Soit parce que celles-ci se seront mises en travers de leur chemin programme, soit parce que, à tort ou à raison, elles feront figure d’ennemies… Avec cette faculté de court-circuiter l’appréciation humaine, faisant ainsi abstraction de toute possibilité de conscience, de discernement sur la nature réelle de ces cibles, les armes restent-elles égales ?

  • Le numérique nous a-t-il coupé la parole ?

    Quand tout devient numérique… la parole est-elle le dernier bastion réservé à l’humain ?

    Aujourd’hui, qu’est-ce qui n’est pas numérique ? Saurait-on encore travailler sans interroger nos « intelligences et nos mémoires numériques » ? Toujours à portée de main, elles répondent à toutes nos questions en quelques dixièmes de secondes. Envisagerait-on l’école, la ville, l’élevage, l’agriculture, l’automobile, la musique… sans leurs orthèses numériques ?

    parole-numerique…Quid de notre parole ?

    La parole (langage articulé symbolique humain destiné à communiquer la pensée…)1 est cette fonction à l’origine toujours scientifiquement inconnue. Elle nous distingue de l’animal. En effet, nombres d’études suggèrent que si les animaux n’ont pas acquis la parole (certains uniquement par mimétisme), c’est qu’ils sont dépourvus d’imagination, de curiosité intellectuelle et incapables d’évoquer ce qui n’existe pas !