Culture numérique

  • Comment la culture numérique transforme-t-elle le management ?

    management-numerique« Pour développer la « culture numérique »,
    les attitudes et pratiques des collaborateurs
    sont aussi déterminées par celles de leurs managers »

    A travers l’ouvrage qu’il vient de publier «Entreprises & Culture Numérique», le CIGREF invite les entreprises à relever un nouveau défi, celui de la culture numérique en marche. Il incite les dirigeants à dessiner eux-mêmes, au sein de leurs entreprises, les fondamentaux de cette culture nouvelle, en développant « une représentation partagée des transformations culturelles liées au numérique…».

    Questions sur la transformation de l’organisation du travail et du management

    De telles transformations ne vont pas sans poser de questions, notamment en ce qui concerne le management et l’organisation du travail, questions proposées à l’issue du chapitre VI de cet ouvrage : 

  • Comment la culture numérique peut-elle servir l’innovation ?

    ebook-entreprise-culture-numerique-cigrefChacun des chapitres du livre « Entreprises & Culture Numérique » interpelle le numérique sur la thématique qu’il aborde. Le chapitre V de cet ouvrage titre : « Agilité et créativité, facteurs d’innovation et de performance », et donne une « prime à la culture numérique comme catalyseur de l’innovation ». Cependant, avant d’appeler les dirigeants à l’action pour « mettre en place un dispositif d’identification de projets innovants propice à l’expérimentation, selon des méthodes de type test-and-learn », il questionne ainsi le numérique :

    culture-numerique-innovationInnover ou disparaître à plus ou moins long terme : il n’existe pas d’autre issue pour les entreprises. Ainsi, la course à l’innovation constitue-t-elle une compétition permanente censée assurer la survie de l’entreprise dans un monde globalisé. Mais le goût de l’innovation découle de dispositions entrepreneuriales. Numérique ou pas, l’innovation procède d’une disposition d’esprit et d’un management fondé davantage sur les valeurs que sur les règles. 

  • La culture numérique peut-elle s’appuyer sur la confiance ?

    confiance-numeriqueLe chapitre IV « La confiance, valeur centrale de la culture numérique », de l’ouvrage du CIGREF « Entreprises & Culture Numérique » part du postulat que « confiance et vigilance sont deux des composantes essentielles de la sûreté numérique ».

    Etymologiquement « fidélité » et « confiance » proviennent du même mot latin « fides », du nom de la déesse romaine de la bonne foi et de l’honneur. Ainsi, la confiance ne se décrète pas. Elle se construit au fil des interactions, repose sur le respect des engagements et la promesse tenue. 

  • Le numérique fait-il entrer le bonheur en entreprise ?

    bonheur-travail-numeriqueUne des questions que vous posez à l’issue du chapitre III de votre ouvrage « Entreprises & Culture Numérique » est : « Progrès et Bonheur peuvent-ils cohabiter au sein de l’entreprise ? ». Je crois que le seul fait de se poser cette question est déjà une façon de faire entrer la « culture numérique » dans l’entreprise !

    La sémantique du « travail » n’exprime pas le bonheur…

    En effet, à l’origine, l’entreprise n’est pas le premier endroit où l’homme quête naturellement le « bonheur »… il y va travailler. Or, dans les sociétés anciennes, le travail était considéré comme une corvée, parfois même comme un « pécher » ! 

  • La culture numérique peut-elle servir l’entreprise citoyenne ?

    ebook-entreprise-culture-numerique-cigrefLe chapitre III de l’ouvrage du CIGREF « Entreprises & Culture Numérique », sous le titre : « Optimiser la performance globale de l’entreprise à travers la promotion du bureau numérique », se penche sur de grandes thématiques connexes à la société dans son ensemble :

    • L’appropriation par l’entreprise du développement durable
    • Des technologies socialement et économiquement émancipatrices
    • L’IT au cœur des initiatives de développement durable
    • Le travail à distance, une modalité structurelle de l’entreprise en réseau
    • Préserver la sphère individuelle de la connectivité permanente
    • Ethique et performance de la numérisation

    progres-bonheur-numerique

  • Culture numérique, comment valoriser le partage de connaissances ?

    partage-connaissancesL’intelligence collective comme source de création de valeur

    L’intelligence collective, le partage de connaissances sont le thème du chapitre II de l’ouvrage du CIGREF « Entreprises & Culture Numérique ». Quelles en sont les questions ?

    On peut imaginer que s’il est un sujet consensuel au sein d’une entreprise, c’est bien celui-ci. Mais il n’en questionne pas moins le numérique ! L’ouvrage cite d’ailleurs les propos de Benoît Sillard : « Le partage est créateur de valeur […] mais l’entreprise voit mal comment y retrouver son compte. C’est la raison pour laquelle son premier réflexe est d’utiliser la propriété intellectuelle et industrielle. […] Pourtant sur nombre de secteurs innovants de rupture, la logique du partage diminue les coûts et les risques »1

  • Culture numérique, quelle promesse de création de valeur pour l’entreprise ?

    ebook-entreprise-culture-numerique-cigrefLe CIGREF vient de publier « Entreprises & Culture Numérique », un ouvrage pour favoriser la transition et le développement des entreprises dans le monde numérique. Il doit permettre de développer une représentation partagée des transformations culturelles liées au numérique. Il veut sensibiliser toutes les parties prenantes aux impacts de la culture numérique sur la création de valeur économique, sociétale et environnementale.

    Le CIGREF questionne le numérique !

    Convaincu que si la culture numérique semble bien être une promesse de création de valeur, il n’en minimise pas pour autant les écueils et les risques potentiels. Un tel changement culturel peut entraîner des effets de bord inconnus aujourd’hui. Ces risques doivent être envisagés en lien avec l’homme mettant en œuvre ces technologies et les nouvelles méthodes managériales qui les accompagnent. C’est pourquoi des questions sont posées à l’issue de chacun des 7 chapitres de ce livre. 

  • Julien questionne le numérique…

    Est-ce que le numérique s’inscrit dans une « notion de progrès » ?

    progres-numeriquePersonnellement 1, si j’ai souhaité contribuer, c’est parce que  j’ai été interpellé par ce que j’ai lu dans le « Cahier n° 32 – L’idée de progrès : une approche historique et philosophique » : « L’entrée dans le XXIème siècle ne se fait pas sous le signe de la confiance et de l’espérance longtemps portées et nourries par l’idée de progrès. La machine folle qui fonce vers le futur provoque l’inquiétude, voire l’angoisse, plutôt que l’enthousiasme. L’âge d’or n’est plus devant nous. Il n’est pas pour autant derrière nous. Le retour global en arrière nous est interdit en même temps que la fuite en avant nous paraît suicidaire ».

    Cette vision pessimiste peut se comprendre : la peur traditionnelle du changement, ajoutée à son rythme précipité « la machine folle qui fonce vers le futur », l’explique sans doute en partie. Mais il me semble que la cause est plus profonde. Le numérique opère sur un spectre très large, immense même. Pas seulement sur des champs plus restreints comme lors de l’apparition des technologies précédentes.